DSC_9471Le financement participatif ne se limite pas à une levée de fonds. C’est un merveilleux outil pour lancer un test produit, enrichir son offre, fédérer son écosystème. Tel fut le parti pris de Sylvie Schindler, créatrice de Bulles d’Emotion, qui a organisé une campagne de crowdfunding. Résultat de nos échanges.

Structurer son offre produit grâce au crowdfunding

Pour faire un test produit à grande échelle, Sylvie Schindler a choisi un moyen original : le financement participatif (crowdfunding).

La jeune entrepreneure commercialise des champagnes de qualité et des objets d’artisanat de luxe dans un coffret sous la marque Bulles d’Emotion. Pour vendre de tels produits, les relais en magasins constituent les circuits privilégiés. Mais trouver des points de vente appropriés demande du temps et nécessite de fabriquer des produits en amont, sans connaître la réaction du marché. C’est pourquoi, dans un souci d’efficacité et d’agilité mais aussi par goût du challenge, elle a mis en avant son offre sur la plateforme de financement participatif KissKissBankBank.

Le crowdfunding permet de lever des fonds auprès de particuliers ou d’entreprises pour financer un projet. Le principe d’une campagne est le suivant : des individus, appelés « contributeurs » (ou KissBankers dans notre cas) décident, pour soutenir un projet, d’en financer une partie. En échange de leur contribution, ils reçoivent une contrepartie. Grâce à ces fonds, des projets voient le jour et des entreprises se créent.

Pour Sylvie Schindler, le crowdfunding va au-delà du financement. A peu de frais (la plateforme se rémunère au pourcentage des sommes collectées) et rapidement (les fonds ont été collectés en trois semaines), elle a pu bénéficier de relais de communication, tester son offre et qualifier son cœur de cible avec la prévente de ses coffrets. Une solution simple, rapide et efficace qui permet d’entrer en contact avec un large public et d’obtenir des avis quasi instantanés sur ses produits.

A cette occasion, Sylvie Schindler a dû structurer plus précisément son offre. Elle a conçu ses contreparties comme une gamme de produits. Elle a sélectionné un éventail de coffrets afin de tester un maximum d’éléments. En fonction des produits retenus par les contributeurs, elle a identifié les offres les plus attractives, repéré le panier moyen et affiné le profil de sa clientèle cible.

Cette expérience originale a également été l’occasion de créer de nouveaux produits. Elle a suivi les conseils de son chef de campagne (campaign manager) et de KissKissBankBank. Ils lui ont suggéré de concevoir une offre destinée à certains dons qui n’avaient pas de contrepartie. Les dons fonctionnent en effet par tranche : entre 0 et 10 €, puis entre 10 et 50 €, puis entre 50 et 100 €, etc. Chaque tranche doit avoir sa contrepartie.

Mais pour l’une d’entre elles, Sylvie a dû créer une nouvelle contrepartie. Sa gamme s’est ainsi enrichie de cours d’œnologie et de séances de dégustation. Depuis, ce concept a évolué. Elle propose désormais un coffret dégustation, produit qui n’existait pas il y a à peine un mois.

KKBB Marc Cécile 1000 1000 DSC05280
Savoir s’entourer est primordial pour réussir un financement participatif : Marc Bosvieux, campaign manager, Cécile Barry d’Action’elles et Sylvie Schindler à une présentation dans les locaux de KissKissBankBank.

Le financement participatif est un outil fédérateur

Lancer une campagne de financement participatif exige une communication soutenue. Il s’agit de mobiliser son réseau, sa famille et ses amis sur une courte période, et d’avoir un maximum de retombées.

La campagne de crowdfunding a donc été l’occasion de fédérer toutes les parties prenantes pendant un mois, d’associer les créateurs et les vignerons à cette aventure inédite. Leur adhésion a été sans réserve et a constitué un relais important durant la campagne. Les réunions pour fêter le succès de la campagne ont permis que partenaires, premiers clients et contributeurs de KissKissBankBank se rencontrent.

Partenaires, contributeurs : ils représentent le noyau de son écosystème qui s’est engagé le temps de cette campagne. Sylvie Schindler a su fédérer autour de son projet ses parties prenantes et des personnalités qui en s’impliquant se révèlent : un expert des start-ups souscrit à une offre, un vigneron expose son coffret dans ses locaux.

Le crowdfunding a permis de fédérer des individus de tous horizons, de canaliser toutes les énergies et toutes les ambitions. C’est quelque chose que je n’avais pas identifiée au départ. C’est une très belle expérience !

La communication et l’animation de la campagne de financement participatif ont de nombreux effets induits. L’enthousiasme s’est propagé. Sylvie a consolidé ses liens avec ses partenaires, les associations d’aide à la création d’entreprise, son écosystème, et elle a même trouvé un mécène !

Comment se prépare une campagne de financement participatif

Une campagne de crowdfunding s’organise comme un projet : plan d’action, planification, conception d’offres, tests, teasing, préparation très en amont, identification des relais médias, des réseaux sociaux pour communiquer.

La campagne demande énormément de disponibilité et d’agilité. En permanence, elle exige de s’adapter, d’innover, de convaincre de nouvelles parties prenantes. Elle nécessite beaucoup de temps, mais un temps à considérer comme un investissement. De tout cela, il faut en avoir conscience avant de démarrer.

Il faut également rester à l’écoute des suggestions et des conseils. Ils sont toujours précieux car ils enrichissent la réflexion et, en l’occurrence, ont permis l’élaboration d’une nouvelle offre.

Mais le retour sur investissement est sans commune mesure avec des études de marchés, des campagnes de communication traditionnelles, des démarchages et des tests de produits qu’il aurait fallu mettre en œuvre pour tester l’offre et lancer l’activité.

Alors convaincu ? Vous aussi, vous voulez tester votre offre via le crowdfunding ?

Publicités